Nous vivons au-dessus de nos moyens. Et pas qu’un peu…

Aujourd’hui, la façon dont les humains vivent sur la planète Terre compromet sans aucun doute la qualité de toute vie sur la planète et pour la planète elle-même. Nous vivons largement au-dessus de la capacité de charge de la terre. Nous consommons trop et empoisonnons notre environnement. Cela semble peu sophistiqué, mais malheureusement cela fait mouche. Il n’est plus nécessaire d’être « vert » pour s’en rendre compte. Un peu de bon sens suffit. Il y a à juste titre une sixième vague d’extinction dans l’histoire de notre planète. Pour la première fois, seul le phénomène humain est à l’origine de ce phénomène. C’est vrai, nous sommes responsables.

Les abeilles et l’écologie ?

L’écologie peut facilement être définie comme l’étude des interrelations entre l’environnement et toutes sortes d’organismes tels que les plantes, les animaux ou l’homme. Il s’agit également de la relation entre les organismes au sein d’unités plus grandes. L’équilibre et la dynamique sont au centre de tout cela. Notre planète Terre est en orbite autour de l’univers. Cette planète contient de nombreuses formes de vie, y compris des animaux. Les insectes sont une des espèces animales et, dans ce groupe, il y a les abeilles. Nous connaissons environ 20 000 abeilles sauvages dans le monde et 350 espèces d’abeilles sauvages en Belgique et aux Pays-Bas.

De nombreuses espèces vivent en solitaire. Quelques espèces vivent dans un peuple comme les bourdons et les abeilles. Nous savons que les abeilles fournissent de nombreux « services écosystémiques« . Avec toute une série d’autres animaux, ce sont des pollinisateurs efficaces. Pas seulement à partir de plantes cultivées (sans les abeilles, notre système d’alimentation est compromis). La pollinisation des plantes sauvages est au moins aussi importante, ce qui rend les abeilles essentielles dans la structure alimentaire de nombreux animaux sauvages. Mais la relation entre les abeilles et les plantes est beaucoup plus subtile et, par exemple, la pollinisation va bien au-delà du simple « aspect technique ».

Nous découvrons de plus en plus de choses sur la communication intense entre les abeilles et les plantes. Ils se « parlent » entre eux. L’écologie est souvent basée sur des faits, mais heureusement, elle a aussi quelque chose de « magique ». En vivant comme un peuple, les abeilles organisent avec nous un espace de nidification fermé qui offre toute une gamme de vie dans des conditions naturelles. Un peuple est l’hôte d’un écosystème ingénieux en soi. Les abeilles ne vivent jamais dans un environnement désinfecté et stérile.

N’oublions pas qu’un certain nombre d’espèces d’abeilles sont des proies nécessaires pour, par exemple, certaines espèces d’oiseaux.

En bref : les abeilles sont au centre d’une série d’écosystèmes. L’écologie illustre l’importance de la cohérence des systèmes qui sont tous nécessaires pour que la vue d’ensemble fonctionne vraiment : sans les abeilles, notre écosystème s’effondrera. Cela peut être aussi simple que cela.

Imagerie et écologie ?

L’apiculture naturelle devrait être un jeu d’enfant, mais elle n’est plus aussi simple dans nos régions. Votre façon d’élever des abeilles est le résultat de certaines intuitions et d’une certaine attitude face à la vie. C’est une conséquence évidente de la façon dont vous regardez notre monde et dont vous vivez ces idées et les appliquez chaque jour.

Qu’est-ce que l’écologie pour vous ?

Vos idées peuvent être durables et respectueuses, mais…. les circonstances dans lesquelles les abeilles doivent vivre avec nous se sont considérablement détériorées au cours des 50 dernières années. Notre point de départ est une prise de conscience écologique (approfondie) qui commence à juste titre par un étonnement sans fin sur le comportement de la vie et sur l’interaction entre tous les êtres vivants. Et cette admiration et cet étonnement persistent, également en combinaison avec une connaissance approfondie. Les abeilles font partie de « cette grande unité » et sont donc particulièrement dépendantes de leur environnement, ce qui provoque aujourd’hui beaucoup de stress.

Il y a les poisons. Non seulement dans l’agriculture et l’horticulture, mais aussi par toutes sortes de routes, les poisons pénètrent dans l’environnement. Par exemple, la pollution de l’eau est également très importante. Les abeilles boivent beaucoup et utilisent beaucoup d’humidité pour réguler le climat dans leur nid. Il y a aussi l’appauvrissement extrême de l’approvisionnement alimentaire, l’augmentation permanente des bâtiments, le changement de climat, les poussières fines, les radiations éventuelles, le varroa ou d’autres parasites, les maladies, etc. que nous importons.

Sous d’innombrables angles, on met en garde contre la disparition dramatique des insectes pollinisateurs due aux nombreux facteurs de stress de leur environnement. L’apiculture naturelle ne commence pas avec la ruche, mais avec le monde entier qui l’entoure.

Mais même si vous commencez avec la ruche, vous finissez par avoir le monde qui l’entoure.

Des solutions ?

Tout aperçu de la vie naturelle de l’abeille « doit » garantir que vous êtes engagé dans une approche complètement différente de l’agriculture, de l’horticulture et de l’utilisation des terres en général. Viser moins (de préférence pas) de substances toxiques dans l’environnement et cela signifie des processus de production différents, une économie entièrement différente, etc…

Les solutions misent en avant sont de modifiés les modes de consommation en acheter des produits durables et de favoriser les produits recyclables.

Prenons pour exemple les cotons démaquillants lavables : Ils permettent d’économiser la dose fulgurante de coton jetable consommé chaque année. Le coton démaquillant lavable est 100% naturel, même s’ils sont en polyester. Ils sont recyclables et bon pour la peau. Cet exemple est juste pour les produits de beauté écologique mais il en existe divers autres.

Avec une approche écologique, adapter une partie du système implique de l’organiser de manière complètement différente. Soyons clairs : une véritable solution ne viendra pas sans un changement révolutionnaire de la société.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici